page

fois visualisée
Sommaire Samed

Ghassan Kanafani, Palestinien né à Jaffa né en 1936, a passé une grande partie de sa vie en exil dans les pays arabes, principalement dans le Golfe et pour finir au Liban. Il n'a cessé de joindre l'écriture et l'action politique. Nouvelliste de génie, il avait l'art d'exprimer la tragédie des palestiniens de la diaspora et leur désenchantement désespéré. Son oeuvre inclut aussi de courts romans, ainsi que quelques pièces de théâtre. Son existence aura été fort brève : né en 1936, il a été en effet assassiné en 1972, par les services secrets israéliens (en même temps que sa nièce adolescente), et l'essentiel de son oeuvre a été publié après sa mort.

Emile Habibi, né en 1922 à Haifa et amoureux fou de sa ville, est demeuré sur place après la création de l'Etat d'Israël en 1948. Ce Palestinien de l'intérieur est donc ce qu'on appelle un Arabe israélien. L'autre caractéristique essentielle de Habibi est son engagement précoce dans le mouvement communiste dans lequel il finira par occuper des positions dirigeantes. Il siège ainsi à la Knesset au sein du Parti communiste israélien regroupant des Israéliens et des Arabes. Parallèlement, il a participé à l'aventure de la presse communiste, via la création du journal al-Ittihâd dont il sera le rédacteur en chef jusqu'en 1989. Emile Habibi est décédé en 1994 à Jérusalem, laissant une oeuvre trop rare, mêlant comme personne un humour ravageur et un lyrisme empreint de poésie.

Sahar Khalifa est née en 1942à Naplouse. Après avoir enseigné à l'université de Birzeit, en Palestine occupée, elle suit des études en littérature anglo-saxonne aux États-Unis, à l'université d'Iowa, puis revient en Palestine en 1988, où elle fonde le Centre des études féminines qu'elle dirige depuis. Ses romans, au travers desquels elle plaide en faveur des femmes, disent tous sa conviction que leur lutte pour la liberté ne peut s'inscrire que dans le cadre politique de la libération du peuple palestinien. Elle est considrée comme la première auteure et romancière palestinienne. Son oeuvre comporte plusieurs romans traduits dans différentes langues, y compris l'hébreu, ainsi que des essais.

Ces écrivains appartiennent tous au mouvement de la littérature palestinienne contemporaine suscité après le drame de la création de l'Etat d'Israël en 1948. Ce drame atteint aujourd'hui son paroxysme avec la boucherie de Gaza.

D'autres écrivains, dont seules quelques oeuvres ont été traduites, sont également très intéressants. On peut mentionner Anton Shammas, Azmi Bishara, ou encore Mourid Barghouti.