page
fois visualisée
Autres

Boualem Sansal

né en 1949
dans un petit village
 de l'Ouarsenais

Le village de l'Allemand

Editions Gallimard, 2008

Les narrateurs sont deux frères nés de mère algérienne et de père allemand. Ils ont été élevés par un vieil oncle immigré dans une cité de la banlieue parisienne, tandis que leurs parents restaient dans leur village d'Aïn Deb, près de Sétif. En 1994, le GIA massacre une partie de la population du bourg. Pour les deux fils, le deuil va se doubler d'une douleur bien plus atroce : la révélation de ce que fut leur père, cet Allemand qui jouissait du titre prestigieux de moudjahid...

Basé sur une histoire authentique, le roman propose une réflexion véhémente et profonde, nourrie par la pensée de Primo Levi. Il relie trois épisodes à la fois dissemblables et proches : la Shoah, vue à travers le regard d'un jeune Arabe qui découvre avec horreur la réalité de l'extermination de masse ; la sale guerre des années 1990 en Algérie ; la situation des banlieues françaises, et en particulier la vie des Algériens qui s'y trouvent depuis deux générations dans un abandon croissant de la République. " A ce train, dit un personnage, parce que nos parents sont trop pieux et nos gamins trop naïfs, la cité sera bientôt une république islamique parfaitement constituée. Vous devrez alors lui faire la guerre si vous voulez seulement la contenir dans ses frontières actuelles. " Sur un sujet aussi délicat, Sansal parvient à faire entendre une voix d'une sincérité bouleversante.

Donnez votre avis

Akli Tadjer

Akli Tadjer est né à Paris en 1954. Romancier et scénariste, il a notamment participé à l'écriture d'épisodes de la série Maigret, d'après Georges Simenon. Chacun de ses romans a été remarqué par la critique : en 1984, Les A.N.I. du Tassili (Le Seuil) reçoit le prix Georges Brassens avant d'être adapté pour la télévision ; Courage et patience (Lattès, 2000) est couronné par le Grand Prix du Var ; enfin, le prix Maghreb-Méditerranée-Afrique de l'ADELF-Ville de Paris lui a été décerné pour Le porteur de cartable (Lattès, 2002), roman qui a donné lieu à un téléfilm. Il a pub
lié plus récemment Alphonse (2005) aux éditions Jean-Claude Lattès.

Alphonse

Lattès, août 2005, réédité en 2007 en format poche, aux éditions Pocket

Ma tante avait arraché la page de l'Almanach des Postes posé sur la cheminée. Chaque jour avait sa feuille. Chaque jour avait sa blague. Déjà le 1er août ! La blague, c'est quoi, m'man ? Ma tante avait lu en trébuchant sur chaque mot: A la Saint-Alphonse, fonce, fonce. Alphonse, c'était fait. Je serais Alphonse. Ça te plait au moins? avait dit ma cousine Juliette. J'avais fait non avec l'index. Elle s'en fichait. Elle était déjà dehors à jouer à la baballe avec son chien.

Eté 1964. Mohamed arrive de Paris, seul, dans sa famille du Nord. Une famille dont on ne lui avait jamais parlé. Il découvre alors Tante Jeanne, Oncle Salah, Juliette, la gniace, et une ribambelle de cousins, tous chrétiens. Bien des années plus tard, que reste-t-il d'Alphonse?

Une réflexion à la fois légère et grave sur l'identité, sur laquelle l'auteur pose un regard amusé et généreux.

Extraits presse Donnez votre avis



Y.B.

Né à Alger en 1968, il a été journaliste, notamment à El-Watan en Algérie et au Nouvel Observateur. Installé à Paris depuis 1998, il est l’auteur, chez Lattès, du triptyque algérois qui comprend : Comme il a dit lui (1998), L’explication (1999), Zéro mort (2001). Il a ensuite décidé de ne plus écrire (directement) sur l'Algérie pour commencer une carrière de romancier servie par une plume alerte et un sens certain de l'ironie.

Allah Superstar

Editions Grasset, 2003, roman.

"Alors [c'est Y.B. qui parle] voilà le pitch : Allah superstar est l’histoire de l’ascension fulgurante d’un jeune comique franco-algérien qui rêve de succéder à Jamel Debbouze. Mais attention, Kamel Léon Hassani est un vrai-faux personnage. Un peu comme le Meursault de Camus, dans l’Étranger, mais en vachement mieux. Sartre, qui savait si bien lire, écrire et compter, avait écrit du personnage de Camus qu’il était “ entièrement fabriqué pour la cause ”. En l’occurrence, l’existentialisme. Ou le colonialisme. En tout cas un truc en “isme”. Moi c’est pareil. Kamel Léon Hassani est entièrement fabriqué pour une cause en “isme”, mais de là à te dire laquelle..."

 

Donnez votre avis

Commissaire Krim

Editions Grasset, 2008, roman.

"Je ne suis PAS musulman ! Combien de fois devrai-je répéter que ce n'est pas un truc qu'on chope par sa mère à la naissance, comme le judaïsme ou une maladie génétique ! Il faut se convertir. Et je n'ai fait ni mon baptême, ni ma première communion, encore moins ma confirmation ! Jésus est mort sur la croix, Mahomet dans son lit. Je ne juge pas, tous les goûts sont dans la nature. Si l'inverse s'était produit, les cathos se trimballeraient un matelas en pendentif et les minarets seraient cruciformes… N'étant pas sadomaso, je ne veux pas avoir à choisir entre trois religions dont la première est juive et les deux autres antisémites!"

Celui qui parle ainsi est un certain commissaire Krim, dont les rapports avec l'Algérie se bornent à la dénégation ci-dessus chaque fois qu'on essaye de lui rappeler ses origines.

Essayant de démêler un meurtre (une femme en hijab qu'on a retrouvée la tête écrabouillée), le Commissaire mobilise sa fine équipe, dirigée par le commandant Jambon (sic). Dans cette parodie d'une célèbre série policière, émaillée de calembours et de formules à l'emporte-pièce, on découvre rapidement que l'enquête n'est pour l'auteur qu'un prétexte pour décrire une faune de personnages jaillis de son imagination débridée.

On retrouve beaucoup des qualités qui faisaient tout le sel d'Allah Superstar: l'humour acéré d'Y.B., sa lucidité qui fait mouche et son habileté à tourner en dérision tout le bric-à-brac identitaire qui, de part et d'autre, mine la relation entre la France et ses minorités. Il y a de belles trouvailles, une insolence assez jouissive, une inventivité de tous les instants. Y.B a indéniablement le sens de la formule : "Jambon avait demandé aux Renseignements Généraux les fiches de tous les habitants du quartier qui rêvaient de prendre les commandes d'un Airbus afin de raser leur tour HLM pour emménager au plus vite dans une zone pavillonnaire au paradis des martyrs."

Il n'en reste pas moins que, une fois le livre achevé, on se dit que ce déferlement de blagues de potache ("C'est le commissaire Krim, de la Crime, pour le crime.") et de références aux séries télévisées rendent l'entreprise un petit peu vaine.

Dommage car une chose est sûre: Y.B. a une vision et un vrai talent d'écrivain.

Donnez votre avis